Dans l'univers médiatique, la donne a foncièrement changé avec l'apparition d'internet.

Antoinette Fouque, cofondatrice du MLF, est morte - 21 février 2014 - L'Obs


Antoinette Fouque, cofondatrice du MLF, est morte - 21 février 2014 - L'Obs

En 1973, elle lance sa maison d'édition, Les Editions des femmes, en même temps que les Librairies des femmes dans les 3 plus grandes villes françaises. Par le biais des Editions des femmes, Antoinette Fouque (http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140221.OBS7331/antoinette-fouque-cofondatrice-du-mlf-est-morte.html) défend la force littéraire des femmes. Les librairies créées par l'écrivaine restent ouvertes jusqu'à minuit, il s'agit d'endroits d’échanges. Proposant plus de 600 livres consacrés à la création des femmes, la maison d’édition d’Antoinette Fouque aide de nombreuses auteures à se faire connaître.

Antoinette Fouque prend la défense de femmes en danger telles que la Birmane Aung San Suu Kyi et la Catalane Eva Forest. Ayant reçu les plus hautes distinctions françaises dont la Légion d'honneur, cette grande dame meurt à Paris en 2014. Elle s’est engagée dans dans tous les combats pour les droits des femmes. Au siège des Nations Unies comme sur toute la planète, Antoinette Fouque se bat pour la cause des femmes lors de conférences.

Antoinette Fouque, de l'éducation à la psychanalyse

Antoinette Fouque fait la connaissance du psychanalyste Jacques Lacan dans les années soixante. C’est au début de la décennie 1970 qu'elle débat au sujet de la sexualité féminine aux côtés de la psychanalyste Luce Irigaray. Elle travaille avec différentes sociétés d'édition parallèlement à sa mission d'enseignante. Avec son directeur de thèse Roland Barthes, Antoinette Fouque prépare un Diplôme d'études approfondies (DEA). C’est pendant cette période qu’elle côtoie la théoricienne féministe Monique Wittig.

Antoinette Fouque, de la cité phocéenne à la capitale

Antoinette Fouque étudie en premier lieu dans sa région d'origine avant de choisir Paris pour des études de Lettres. La Marseillaise est encore en faculté lorsqu'elle se marie. Elle se retrouve confrontée aux complications qu’une femme rencontre lorsqu’elle doit assumer ses fonctions de femme et de mère tout en ayant une profession quand elle est maman en 1964. Antoinette Fouque conservera toujours un solide enracinement politique à gauche de ses années passées dans un quartier défavorisé. C'est dans un quartier populaire de la cité phocéenne que se passe son enfance.

Antoinette Fouque s’est battue toute sa vie pour que le droit des femmes avance. La grande militante quitte le Mouvement de libération des femmes au moment de son départ aux Etats-Unis au début des années 80. Le mouvement est alors en proie à des querelles internes et a de moins en moins d'activistes. A la fin de la décennie 70, Antoinette Fouque et d'autres activistes choisissent d'enregistrer le MLF comme une association. Appuyée par quelques militantes, elle lance le MLF.

Son engagement politique, l'AFD

Le notion de parité hommes-femmes constitue l'une des grandes luttes du mouvement. Antoinette Fouque initie l’Alliance des Femmes pour la Démocratie à l'occasion du bicentenaire de la déclaration des droits de l’homme. L'AFD combat pour endiguer la poussée de tous les extrémismes, car à l'heure actuelle, les droits des femmes se trouvent toujours menacés. Membre la commission des droits de la femme au parlement de Strasbourg, Antoinette Fouque prend la vice-présidence.